Élyse Andrée Héroux

Élyse-Andrée HérouxLes bonheurs caducs

QA – Les bonheurs caducs raconte l’histoire d’une jeune femme qui touche le fond. Qu’est-ce qui vous a donné envie d’explorer cette thématique ?

Il existe plusieurs façons de toucher le fond, cependant j’ai l’impression que, rendu à un certain âge, chacun porte au compteur son épisode de « fond du baril ». C’est universel : à un moment ou un autre, on en a plein son casque et des choses doivent changer. C’est souvent très positif au bout du compte ; toucher le fond, c’est se donner un élan pour remonter… Mais ce ne sont jamais des périodes glorieuses, et il me semblait pertinent d’en raconter une.

2136-240xPar ailleurs, on observe en ce moment une vague énorme de romans dits de chicklit, qui traitent de la quête de l’amour chez les femmes, trentenaires bien souvent. J’avais envie d’aller à contre-courant et de mettre en scène un personnage qui rencontre la solitude. Rosemarie, complètement envahie, n’a plus le sentiment d’avoir une place dans sa propre existence. Par instinct de survie, elle fait le vide autour d’elle, alors elle doit affronter celle qu’elle est réellement… Cette trame me permettait, entre autres, de présenter une femme qui tente de régler des choses, de trouver un peu de sérénité, bien avant de vouloir partager sa vie avec quelqu’un.

QA – Pourquoi avoir situé votre récit dans le monde de l’édition ?

Le milieu du livre est mon domaine professionnel. Je l’ai choisi et je m’y sens chez moi. J’y ai d’abord œuvré à divers titres, puis suis devenue réviseure et rédactrice pigiste, métiers que j’exerce depuis 2007. C’est un monde fascinant où des gens de toutes sortes, issus de tous les milieux, se rencontrent autour de la plus belle activité du monde : raconter des histoires.

Tout le monde lit, mais peu de gens connaissent les dessous de la production littéraire. Même si mon envie première était de raconter l’histoire de Rosemarie qui touche le fond, je voulais la camper dans un décor qui m’était familier. Ainsi je pouvais facilement créer des situations et des cadres réalistes, pour offrir à mes lecteurs un (bref) coup d’œil en coulisses.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *