Guy Héroux et Hélène Champagne sont très fière de leur ferme biologique

Lors des portes ouvertes chez les agriculteurs dernièrement, Guy Héroux et son épouse Hélène Champagne ont ouvert la porte de leur ferme biologique.

Historique et description de la ferme :
La Ferme Guychamp SENC., une ferme familiale qui en est à sa 3e génération, a été fondée par Hélène Champagne et Guy Héroux en 1995. Leur fils, Dominic, prendra en charge l’entreprise de production laitière possédant un cheptel de 80 vaches. La famille se préoccupe de l’environnement et de la protection des sols. La mise en place d’une série de six avaloirs a été effectuée afin de préserver la qualité de l’eau. Ce faisant, l’entreprise participe à l’effort collectif d’amélioration de la qualité de l’eau du bassin versant de la rivière Champlain. Elle est membre du club agroenvironnemental Lavi-au-Champ et les bonnes pratiques agroenvironnementales y sont appliquées.

Guy Héroux
La ferme possède la certification Lait canadien de qualité (LCQ) depuis 2010 et la certification biologique Québec Vrai pour ses 73,9 hectares de fourrages, de pâturages et de mélanges céréaliers, de même que pour sa production laitière. Le bien-être animal est aussi un souci constant des propriétaires; la construction d’un bâtiment pour offrir une aire d’exercice aux bovins est d’ailleurs prévue pour 2013.

Guy a contribué à la vie syndicale agricole en faisant d’abord partie du syndicat de la relève de St-Maurice puis en étant administrateur du syndicat de base de Champlain de 1989 à 1998. Hélène est également une femme extrêmement engagée : membre du comité sur la gouvernance de la FUPAM depuis 2012, 1ère vice-présidente des producteurs de lait de la Mauricie, 2e vice-présidente du Syndicat des agricultrices de la Mauricie, membre du conseil d’administration du Syndicat de l’UPA des Chenaux, et membre du conseil d’administration du comité du cercle d’amélioration du bétail de la Mauricie. En 2000, elle a été nommée agricultrice de l’année en Mauricie. Comme elle n’est pas assez occupée, elle a inauguré un casse-croûte à St-Séverin en 2012 et le bœuf servi provenait de sa ferme : « … une garantie de qualité! » s’exclame-t-elle.

Yves Héroux – Joueur de hockey

YvesherouxL’ailier droit Yves Héroux a joué un match avec les Nordiques de Québec en 1986-87. Il était un buteur graveleuse qui a eu un impact substantiel dans le juniors et les mineurs de l’Europe.

Né à Terrebonne, Québec, Yves Héroux était une star au midget AAA avec les Laurentides avant de passer au Saguenéens de Chicoutimi en 1982-83, Après avoir marqué 41 buts en tant que recrue de la LHJMQ, le jeune attaquant a été choisi au 32e rang du repêchage de 1983. Yves Héroux a retourné chez les juniors pour deux ans de plus et a décroché une fiche personnelles de 96 points en 1984-85.

Le fougueux allier a divisé sa première saison pro entre de la LAH Express de Fredericton et les Lumberjacks de Muskegon du DIH. En plus de son apparition à un match dans la LNH en 1986-87, Heroux a passé la plupart de la prochaine décennie dans les mineures. En 1990-91, il a fait partie de l’infortuné Albany Choppers du DIH qui plié à la mi-saison. Héroux a été choisi par les Rivermen de Peoria pour le reste de l’année et a joué un rôle majeur dans la victoire de la Coupe Turner du club.

Avant la saison 1995-96, Yves Héroux a signé avec le club de Lustenau en Autriche. Après avoir marqué 23 buts en 33 matchs il est passé à la Bundesliga allemande avec les Panthers de Augsburg et Schwenningen Wild Wings sur le calendrier 1998-99. Yves Héroux a décroché 43 points en 42 matchs pour les Eagles Ayr de la Ligue écossaise en 1999-1900 avant de se retirer.

Élyse Andrée Héroux

Élyse-Andrée HérouxLes bonheurs caducs

QA – Les bonheurs caducs raconte l’histoire d’une jeune femme qui touche le fond. Qu’est-ce qui vous a donné envie d’explorer cette thématique ?

Il existe plusieurs façons de toucher le fond, cependant j’ai l’impression que, rendu à un certain âge, chacun porte au compteur son épisode de « fond du baril ». C’est universel : à un moment ou un autre, on en a plein son casque et des choses doivent changer. C’est souvent très positif au bout du compte ; toucher le fond, c’est se donner un élan pour remonter… Mais ce ne sont jamais des périodes glorieuses, et il me semblait pertinent d’en raconter une.

2136-240xPar ailleurs, on observe en ce moment une vague énorme de romans dits de chicklit, qui traitent de la quête de l’amour chez les femmes, trentenaires bien souvent. J’avais envie d’aller à contre-courant et de mettre en scène un personnage qui rencontre la solitude. Rosemarie, complètement envahie, n’a plus le sentiment d’avoir une place dans sa propre existence. Par instinct de survie, elle fait le vide autour d’elle, alors elle doit affronter celle qu’elle est réellement… Cette trame me permettait, entre autres, de présenter une femme qui tente de régler des choses, de trouver un peu de sérénité, bien avant de vouloir partager sa vie avec quelqu’un.

QA – Pourquoi avoir situé votre récit dans le monde de l’édition ?

Le milieu du livre est mon domaine professionnel. Je l’ai choisi et je m’y sens chez moi. J’y ai d’abord œuvré à divers titres, puis suis devenue réviseure et rédactrice pigiste, métiers que j’exerce depuis 2007. C’est un monde fascinant où des gens de toutes sortes, issus de tous les milieux, se rencontrent autour de la plus belle activité du monde : raconter des histoires.

Tout le monde lit, mais peu de gens connaissent les dessous de la production littéraire. Même si mon envie première était de raconter l’histoire de Rosemarie qui touche le fond, je voulais la camper dans un décor qui m’était familier. Ainsi je pouvais facilement créer des situations et des cadres réalistes, pour offrir à mes lecteurs un (bref) coup d’œil en coulisses.